Depuis quelques années, après avoir réalisé des inventaires écologiques ayant confirmé la richesse floristique et faunistique de la ville, nous avons entamé une démarche de réduction des produits phytosanitaires. Avant d'expliquer notre démarche, je comence par un rappel de  la réglementation :

Loi Labbé 8 février 2014

A partir du 1er janvier2 020, interdiction aux personnes publiques d'utiliser des pesticides pour l'entretien des espaces verts,de forêts et de promenades,
A partir du 1er janvier 2022, interdiction de la mise sur le marché, de la délivrance, de 'utilisation et de la détention de produits phytosanitaires pour un usage non professionnel.
De quoi parle-t-on? Qu'est-ce qu'on produit phyto?
Un produit phytosanitaire (étymologiquement : phyto + sanitaire = « santé des plantes ») est un produit utilisé pour soigner ou prévenir les maladies des organismes végétaux. Par extension, on utilise ce mot pour des produits utilisés pour contrôler des plantes,  insectes et champignons. Les produits phytopharmaceutiques sont des préparations destinées à protéger les végétaux et les produits de culture.
Ces produits font partie de la famille des pesticides, elle même englobée dans la famille des biocides.
Les biocides sont des substances ou des préparations destinées à détruire, repousser ou rendre inoffensifs les organismes nuisibles, à en prévenir l'action ou à les combattre de toute autre manière, par une action chimique ou biologique.

Pourquoi et pour qui sont-ils dangereux?

Après application, les pesticides se dispersent dans l'eau et le sol et persistent plus ou moins longtemps ce qui entraîne une contamination des milieux aquatiques, terrestres et de la chaîne alimentaire. Les impacts sur la santé humaine ont également largement été prouvés depuis plusieurs années.  Il n'y a qu'à voir les combinaisons réglementaires obligatoires utilisées lors de leur pulvérisation.

Ces derniers ont également un coût pour la population, notamment en terme de dépollution des eaux de captage destinées à la consommation humaine.

Qu'a fait la ville de Saint-Maur jusqu'à présent ?

Afin de parvenir à l'objectif zéro phyto fixé par la loi, nous avons commencé à supprimer ces produits dans les parcs et jardins, aux pieds des arbres, sur les bords de Marne, et sur la voierie de certains quartiers tests (Vieux Saint-Maur et le Parc).

D'autre part, nous expérimentons la gestion différenciée sur les bords de Marne.

Qu'est ce que la gestion différenciée?

La gestion différenciée consiste à adapter le mode d’entretien à chaque espace communal, en fonction de l’utilisation et de la localisation de celui-ci dans la commune. Elle permet de mieux répartir les charges d’entretien des espaces verts au profit d’un triple avantage :

-Ecologique : des actions favorables à la biodiversité, respectueuses de l’environnement et de la santé,
-Economique : réduction de la consommation d’eau et de produits chimiques, réduction des surfaces tondues régulièrement,
-Social : aménagements adaptés à l’utilisation par les habitants.

Le cycle de développement des plantes est donc directement  lié au cycle de vie de la faune.

Au-delà de l’aspect ornemental que représente la végétation, celle-ci permet de compenser de nombreux désagréments liés à la vie urbaine, notamment en ce qui concerne le microclimat urbain :  

-          Les arbres d’alignement produisent une ombre bénéfique en période estivale et surtout pendant les épisodes de canicules.

-          C’est cette même végétation qui, pendant la nuit, va restituer une partie de l’eau absorbée au cours de la journée dans son environnement. Ce phénomène naturel appelé évapotranspiration, permet de rafraîchir l’atmosphère nocturne et de maintenir un équilibre. Pour information.

-          La végétation permet également de fixer les poussières et les particules fines, particulièrement importantes en milieu urbain, notamment dues à la circulation automobile et aux activités.

-          Le maintien de surfaces enherbées et des arbres d’alignement est également primordial, pour absorber les eaux pluviales.

-          Les arbres mais aussi le sol et les prairies urbaines constituent « des puits de carbone » jusqu’à présent sous-estimés.

Ainsi, à Saint-Maur, outre la suppression des pesticidies dans les espaces publics, et sur la voierie dans certains quartiers, nous avons décidé d'appliquer la fauchage tardif sur la partie talus des bords de Marne.

La vie d’une plante et de la végétation en général répond à un cycle qui la fait plus ou moins évoluer en fonction des saisons. Respecter la saisonnalité est un élément fondamental à prendre en compte dans la gestion du végétal.

Les jardiniers de la ville de Saint-Maur travaillent dans le respect des saisons et des cycles de développement de la faune et de la flore. Cela implique de laisser la végétation s’épanouir au printemps et de tondre au début de l’été.

Dès l’arrivée du printemps, la montée des températures, conjuguée aux pluies printanières, entraîne le développement de la végétation. C’est à ce moment- là qu’intervient la floraison ainsi que la fructification des plantes permettant notamment aux insectes pollinisateurs de se nourrir. Les herbes hautes constituent également des zones refuges pour la reproduction des insectes et des oiseaux.

Grâce à cette démarche nous contribuons ainsi non seulement au respcet de l'environnement, mais aussi à la santé humaine. Elle nécessite cependant d'accepter la végétation spontanée et d'apprendre à la regarder autrement.